Tous les dentistes équins ne se valent pas…

Classé dans : Soins | 0

Un petit billet sur la dentisterie équine, je l’avais en tête depuis quelques mois sans prendre le temps de l’écrire. Aller zou! C’est parti!

Avant tout, pourquoi le dentiste équin doit impérativement faire partie des professionnels qui nous entourent?

1/ Fréquence dans le suivi : à chaque âge ses besoins.

Le cheval est un herbivore. Il est équipé par Dame Nature de tables dentaires puissantes faites pour broyer des tiges ligneuses plus ou moins dures. Ses dents poussent donc tout au long de sa vie. Les conditions de vie domestiques ne permettant pas une usure normale, il est important de faire vérifier la bouche de votre cheval régulièrement afin de prévenir tout problème de type surdents, infections, diastèmes, dents de loup, …

dentition-du-cheval-equus-dental-harmony

De 0 à 4 ans : Les dents de lait vont pousser dans les premiers mois de la vie puis au fur et à mesure tomber pour laisser place aux dents définitives. Ce processus varie en fonction du type de dent. Durant cette période, il est important de faire vérifier la bouche de votre cheval tous les 6 à 12 mois. Surtout au moment du débourrage car la présence de dent de loup ou de cochon peut être problématique.

De 5 à 20 ans : Les dents définitives s’usent petit à petit. Si la bouche de votre compagnon est suivie régulièrement les rendez vous de contrôle avec le dentiste peuvent s’espacer et avoir lieu tous les 12 à 18 mois. Il s’agira principalement de niveler les tables dentaires et de s’assurer que l’occlusion se fait correctement.

Après 20 ans : Selon l’usure des dents et le suivi qui a été fait tout au long de la vie, les rendez vous devront avoir lieu tous les 6 à 12 mois de nouveau. Le praticien s’assurera du confort buccal de votre cheval afin de lui permettre de bien vieillir.

Lors de l’achat d’un cheval, un des points à faire vérifier est justement la bouche dans son ensemble. On a coutume de dire « pas d’pied, pas d’cheval » mais on pourrait en dire de même pour les dents.

Le suivi doit être d’autant plus rigoureux si votre animal n’est pas nourri de manière physiologique car il n’aura pas la (maigre) possibilité d’user ses dents naturellement.

2/ Impact de la dentition sur la santé du cheval

La bouche du cheval est la première zone de digestion. Sans une mastication efficace, les aliments ne sont pas envoyés dans le tube digestif sous une forme optimum pour la digestion et donc l’assimilation. Au même titre que la flore intestinale de votre compagnon doit être en bon état, ses dents doivent permettre de broyer grossièrement les fibres qui composent son alimentation. Sans cela, nous pouvons voir apparaître des soucis de type ulcère, colique, amaigrissement, baisse des défenses immunitaires … (ces problèmes n’ont pas pour seule cause possible un mauvais suivi dentaire).

00-surdent-blessure-dentiste-equin

Il existe aussi un impact dit « mécanique ». Si le mouvement masticatoire n’est pas correct, il va s’en suivre des lésions (plus ou moins réversibles) sur toutes les structures de votre compagnon telles que lésions ostéopathiques (vertébrales principalement), migraines, névralgies, bouchon des canaux lacrymaux, sinusites … Ces lésions sont non seulement handicapantes pour l’acte équestre mais, surtout, elles sont douloureuses pour l’animal et impacteront son comportement.

Je vous épargne le détail de l’impact d’un abcès dentaire ou d’une dent cassée.

Comme rien n’est simple dans ce genre de cas, il est important de noter que des lésions structurelles peuvent entraîner une malocclusion dentaire (par exemple le Hi Lo)….. Encore une fois, l’oeuf, la poule?

Une fois que l’on sait pourquoi on fait venir le dentiste… Qui peut on bien contacter?

3/ Les qualités d’un bon praticien

La liste sera variable en fonction des personnes et de leur priorités. On peut cependant envisager que les quelques points suivants constituent une base solide :

– le calme et le respect de l’animal et du client. Un point tout bête : refermer le pas d’âne entre les différentes manipulations.

– l’utilisation d’outils en état et adaptés à la bonne pratique de son art. Un bon outillage permet une intervention rapide et de qualité.

– la capacité à travailler en regardant ce qu’il fait c’est à dire au moins avec une lampe frontale et un miroir. Personnellement, je ne confierais pas ma bouche à un dentiste qui discute avec le voisin quand il a ses mains dans la-dite bouche.

Je n’entrerais pas dans le débat de « telle école est mieux », « seuls les vétos sont biens formés », … Pour ma part, j’estime que quelques mois de formation à temps partiel semblent un peu légers au regard de la complexité de la discipline.

02-dentiste-equin-soin-cheval-po

Voilà, mes articles n’étant que de simples rappels basés sur la vulgarisation de notions plus spécifiques, j’invite ceux qui souhaitent plus de détails du le système dentaire du cheval à contacter un professionnel qui saura vous renseigner.

Sur ce, je vous souhaite une belle fin de journée!

© Photographies tirées du site de M. Dall’ostéria