Processus de développement personnel

Bonjour à tous,

Cela fait quelques temps que ce sujet tourne en boucle dans ma tête…. Comment mettre en mots le processus d’intégration personnelle des expériences que la vie nous propose?

Nous sommes bien d’accord, encore une fois, que mes écrits ne valent pas pour Loi Universelle. Ils sont intimement liés à mon expérience personnelle et professionnelle. Si certains s’y retrouvent pour partie et peuvent en tirer quelque chose, j’en serais ravie.

Nous avons différentes phases identifiables dans ce processus : l’expérience, la prise de conscience, la compréhension, les expériences intermédiaires, l’intégration, l’expérience finale et enfin la transmutation. Considérons chaque étape individuellement.

1/ L’expérience.

Elle est définie par le Larousse comme étant un nom commun féminin venant du latin « experientia » (faire l’essai). « C’est la pratique de quelque chose, de quelqu’un, épreuve de quelque chose, dont découlent un savoir, une connaissance, une habitude ; connaissance tirée de cette pratique. »

Intimement ancrée dans la matière, l’expérience met en Lumière certains de nos schémas ou de nos masques. Il n’est pas question ici de les juger comme bon ou mauvais. Ils Sont, point.  Ils viennent de notre enfance, de notre éducation, de la société, de notre parcours personnel et voir même de beaucoup plus loin pour certains (verrous karmiques, vies antérieures…).

Cette expérience va nous amener, par des chemins assez variés tels que le miroir entre individus (ce qui nous gêne le plus chez l’autre est ce que nous n’avons pas résolu nous même), le transfert physico émotionnel ou la répétition de schémas de vie, a mettre le doigt sur les masques que nous avons mis en place afin de nous intégrer. Ces schémas ou masques nous empêchent d’être nous même, intègre et équilibré dans nos quatre parts de « base » (physique, émotionnelle, mentale et spirituelle).

Et un jour survient…

2/ La prise de conscience

Cette étape se définit par une représentation mentale claire d’une situation.

La prise de conscience est parfois douloureuse et/ou longue. Il n’est pas aisé de soulever un coin du masque et de voir ce qu’il y a en dessous et ce qu’il est. Cela nous bouleverse bien souvent car nous avons l’impression que c’est une remise en cause de ce que nous sommes.

Certains feront le choix d’essayer de recoller le coin du masque, d’autres de le retirer petit à petit. A ce stade, il est important de rappeler que vous êtes le seul à avoir le Pouvoir d’agir sur votre vie. C’est souvent là que se présentent les sauveurs. Toutes les réponses sont en nous. Nous pouvons avoir besoin de guides mais en aucun cas de sauveurs. Bien souvent, prendre conscience que nous sommes dans le système bourreau / victime / sauveur est la première étape.

carnival-457674_640

S’en suit …

3/ La compréhension

C’est un processus mental par lequel notre cerveau va établir une « carte » de la situation. Il se représente ce qu’il y a en amont (les causes qui ont conduit à cet état), les différentes formes que prend l’expérience pour se matérialiser et enfin les conséquences que cela entraîne.

Beaucoup de personnes ont tendance à s’arrêter à cette étape, pensant que la compréhension seule sert à « éliminer » le masque ou le schéma. C’est à mon sens une des plus grande force du mental / Ego : nous faire croire que « c’est bon…. C’est acquis » et comme ça il garde la main.

C’est souvent là qu’apparaissent….

4/ Les expériences intermédiaires

Elles nous sont présentées afin d’aller au bout du processus. Le niveau d’intensité varie en fonction de la longueur de la racine du problème. Elles permettent d’explorer fond et forme sous tous les angles.  Elles sont déstabilisantes au départ si on a pas une vision d’ensemble car on se dit « bah mince je pensais pourtant avoir compris ».

Oui, oui, nous avions compris… pas intégré…

5/ L’intégration

La définition (que j’aime beaucoup) : intégrer est un verbe transitif qui vient du latin « integrare » : rendre entier. Il exprime le processus par lequel on insère quelque chose dans autre chose de manière à ce qu’il soit en harmonie avec les autres éléments.

C’est toute la différence avec la compréhension. Cette dernière reste sur le plan mental. Intégrer c’est un peu comme respirer. C’est dans nos cellules, nous n’avons pas besoin d’y penser pour le faire. Souvenez vous, au CP, il vous fallait penser pour écrire. Maintenant, normalement, c’est plus le cas : vous avez intégré l’écriture.

Intégrer une expérience c’est cela. C’est agir de manière juste à la présentation d’une situation et non plus de manière égotique, et ce, sans avoir à y réfléchir.

(Petit rappel : le terme « juste » ici est intimement lié à votre champ de valeur et sa correspondance dans les faits variera en fonction des personnes).

Quand cette étape est acquise, généralement se présente…

6/ L’expérience finale

Je la compare souvent à une sorte de contrôle de fin d’année type Bac. L’expérience nous est présentée une dernière fois si nous arrivons à transmuter. Bien souvent le fond et la forme ont plus d’ampleur que les expériences précédentes. Elle va recouper différents plans. Le piège est de se décourager et de « laisser tomber » en disant « bon j’en ai marre ça se (re)présente toujours ».

Si nous déjouons ce piège, arrive ….

7/ La transmutation

Le Larousse la définie comme « le changement des métaux vulgaires en métaux nobles par les procédés de l’alchimie ».

C’est bien de cela dont il est question ici : d’Alchimie.

Une fois l’expérience transmutée, si elle vous est représentée, vous n’aurez plus à remettre le masque pour y faire face. Vous la vivrez à la Lumière de votre Âme, avec Amour et dans le Juste : vous dans votre « Entièreté ».

Ego, mon Cher Ego….

Dans ce processus de développement personnel, celui qui nous fait souffrir c’est notre Ego. Il nous entraîne souvent dans la résistance et la négation de ce qui Est, de ce que nous Sommes.

Si on devait faire une analogie, avant de commencer le processus, beaucoup d’entre nous sont en voiture sur le siège passager à l’avant (au mieux) et c’est l’Ego qui pilote. Le terme « piloter » est choisi à propos car notre Ego a une forte propension à rouler comme un malade sur des ribines (petites routes tortueuses) verglassées en AX avec des pneus lisses. L’idée n’est pas de faire disparaitre l’Ego mais de le remettre à sa place c’est à dire sur le siège avant droit avec la carte routière, nous même étant derrière le volant. A mon sens il est intéressant de viser l’équilibre entre les 4 parties sus citées. Ne plus être dans mental/Ego à 80% et les restes pour les 3 autres parts mais bel et bien tendre à la répartition 4 X 25%. L’équilibre étant une succession de petits déséquilibres, encore une fois, la perfection n’est pas une fin en soi.

Pour nous aider dans cette voie, une dame m’a donné un jour un « truc » qui fonctionne pas mal et que je tiens à vous partager. (Merci Marie Pascale! <3 ) Il s’agit de donner un nom à son Ego. De cette manière, il est possible d’interagir plus facilement avec lui car cela le « personnifie ». Tous les apprentis-sages, à qui j’ai transmis l’astuce, ont apprécié.

J’en profite donc pour vous présenter officiellement  Maurice, mon Ego. Mo est un gars avec une grande bouche, un gros cerveau et des gros bras. Il est assez difficile de l’ignorer quand il est dans la pièce et en plus il ADOOOOOOOORE conduire! Il accepte depuis quelques temps de prendre le rôle de co pilote et nous en sommes grandit tous les deux.

Je dédie ces quelques lignes à Mo, Jo, Robert, Hervé, Jacky, Arthur, Martine, ….. et les autres!

10672229_779416542117850_3069573685998540305_n

Je vous souhaite un beau dimanche sous le soleil!

Prenez soin de vous.

Aurélia