Les trucs de saison : l’automne

Classé dans : Soins | 0

photo_26520_5833897_20100404080521

Bonjour à tous,

Et oui c’est la rentrée!!! Nous sommes en pleine saison énergétique de l’automne. Pour bien préparer l’hiver, voici deux / trois petits trucs…

1/ Les œufs dit « de mouches ».

Ces petits points jaunes sur les poils de nos compagnons sont loin d’être anodins et il est nécessaire de s’en préoccuper.

Ils sont déposés entre juin et septembre par différentes espèces de gastérophiles. On peut reconnaître facilement les plus communs car ils ressemblent à de petits bourdons en forme de virgule. Il est, cependant, impossible de prévenir complètement la ponte.

Notre seul moyen d’action est dans un premier temps de retirer les oeufs avec un petit outil que nous trouvons dans toutes les selleries (fini les corvées au rasoir ou au vinaigre bouilli / refroidi…). Il est vivement conseillé de le faire souvent et hors de la pâture (pour éviter une ré-infestation).

Dans un second temps, il est nécessaire d’effectuer un vermifuge début novembre afin de traiter les larves au stade 3 de leur développement. Ces larves, après ingestion (par léchage ou après avoir consommé de l’herbe où il y avait des œufs) se développent dans le système digestif du cheval et peuvent causer, si elles sont en trop grand nombre, de gros dégâts lorsqu’elles se décrocheront au printemps suivant pour finir leur développement.

Petit rappel rapide, il n’est pas question quand je parle de vermifuge de « faire boire un mélange détonnant de Javel et de destop à votre cheval » mais simplement d’aider la flore à rester équilibrée. Il existe des mélanges en phytothérapie de qualité ici ou ici par exemple.

2/ Préparer l’hiver de l’intérieur

(Si votre compagnon a besoin d’un drainage, il est encore temps de le faire : on est en toute fin de période donc pensez y!)

Afin de soutenir votre cheval pendant l’hiver, vous pouvez à cette saison envisager une cure d’échinacée en TM couplée à une cure de minéraux (algohm, sérum de quinton, …). Si votre cheval a la flore fragile, il est intéressant d’ajouter soit des EM soit des probiotiques (après vermifugation).

Pour rappel, les cures sont à faire sur 21 jours (ou multiples) et il est bon de prévoir un arrêt d’au moins 21 jours au bout de 2 cures pour permettre à l’organisme d’activer sa capacité d’auto guérison (ou de ne pas l’affaiblir plus qu’elle ne l’est déjà pour certains cas).

Vous pouvez potentialiser ces cures en offrant une séance de travail énergétique à votre cheval ou une séance de shiatsu.

3/ Pour les chevaux atteints de SME.

Un petit détail mais c’est en lien avec la saison (surtout pour les bretons / normands). C’est l’heure des pommes!! La pomme est très bonne car elle est pleine de fibres, d’eau végétale, de vitamines et de minéraux.

De plus, selon une étude réalisée sur des humains et présentée au « Experimental biology » de San Diego en 2008, la consommation régulière de ce fruit réduirait de 27% les risques de syndrome métabolique ou de diabète.

Encore une fois, il n’est pas question de faire manger une palette entière de pommes pleines de pesticides par jour à votre cheval mais si vous avez la chance d’avoir accès à un verger de pommes non traitées (car le meilleur est dans la peau et les pépins) vous pouvez leur donner une 15aine de petites pommes (attention au risque de fausse route, les couper si vous avez un doute) par jour. Si votre cheval n’a pas l’habitude de manger du frais, procédez par étapes pour éviter l’effet « déboucheur » de la pomme. 😉

Voilà… Je ne vous refais pas en détail la longue liste des précautions d’usage. Les quelques lignes qui précèdent n’engagent que moi, ce sont des petits « trucs » qui ne remplacent en rien un suivi régulier de votre animal par un « homme de l’art » et si vous avez le moindre doute, consultez cet homme de l’art.

Je vous souhaite un bel automne et à bientôt!!