L’équitation pour tous… (09/2013)

Classé dans : Savoirs être | 0

 

Ou la nouvelle com’ de notre chère fédération.

Bon je suis désolée, ça me met en mode « grongron » de lire ce genre de chose en tête de page d’accueil du site un dimanche… (surtout quand on lit le programme).

L’équitation est définie comme étant, je cite un dictionnaire, l’ART de monter à cheval. J’ajouterais personnellement que c’est l’art de redonner au cheval ses aptitudes naturelles sous la selle (ce pour quoi il n’est pas réellement prévu à la base). Cette précision englobe le dressage classique mais aussi le saut d’obstacles, le travail du bétail, la circulation sur divers chemins balisés, l’accompagnement de personnes en difficultés etc.

1. Petit constat? Bilan?

Durant des millénaires, nous, bipèdes, avons monté à cheval principalement pour nous déplacer que ce soit dans notre quotidien ou pour aller à la guerre. Les chemins étant peu sûrs, il était nécessaire voir vital d’avoir des chevaux réactifs, à l’écoute et capables d’esquiver les coups lors de combats rapprochés. La formation des écuyers / cavaliers – chevaliers était extrêmement complète et celle des chevaux aussi.

Avec l’arrivée des engins motorisés, l’utilité du cheval ne s’est plus faite ressentir. De là s’est développée une équitation de type artistique ou sportive d’abord réservée à une élite puis l’ouverture au quidam s’est faite.

Cependant, il y a un petit hic….Jusqu’à il y a peu de temps, on ne se souciait guère des besoins des animaux. Bah oui quoi ils n’avaient pas d’âmes, ne ressentaient rien, …. un peu comme les femmes et les bébés! Malheureusement pour nous, certains illuminés se sont penchés sur la question. Nous ne pouvons plus ignorer les réponses (et nous ne sommes qu’au début de nos surprises je pense…). Il n’est donc plus possible d’incarcérer nos amis équins comme avant si nous présentons un minimum d’éthique bien sûr… sauf queeeeeeeeeeee…. cette éthique a un coût… je ne reviendrais pas sur l’absurdité de vendre une heure d’équitation 15€ (voir moins) quand on fait le compte des charges. Chacun est capable de prendre une calculatrice. Je me pencherais sûr ce que nous ne voulons pas voir… (moi la première pendant des années)… ce que notre Ego nous cache de toute sa largeur.

2. L’équitation côté cavalier

Si on en croit les chiffres la fédération d’équitation est la troisième de France en terme de licenciés derrière le foot et le tennis. Ajoutons à ces quelques 650 000 équitants, les personnes faisant du chwal et n’étant pas licenciées, je pense que l’équitation est « au pire » le second sport national… Jusque là tout va bien me direz vous! Oui oui tout va bien… sauf que notre « sport » a la particularité de se faire individuellement à deux et, cerise sur le gâteau, avec un individu sentient à nos côtés. Donc quand un joueur de Tennis rate ses services pendant 10 ans en cassant une raquette par semestre c’est dommage mais point grave (et généralement il arrête le tennis rapidement)… Alors que dans le cas qui nous occupe…

Il me semble donc raisonnable de nous interroger sur l’impact de nos méconnaissances et incapacités physiques, biomécaniques, sensitives, émotionnelles et techniques sur la « plus noble conquête de l’Homme » comme nos chevaux sont si bien définis (d’ailleurs qui a conquis qui??). A une époque où nous voulons « tout, tout de suite », les mots d’un certains Colonel C font réfléchir : « J’arrive à un certain âge et je commence enfin à comprendre comment ça fonctionne réellement. Dommage que je n’ai plus mon corps de trentenaire »…

Ne nous voilons pas la face, très peu d’entre nous ont les compétences d’un Andy Boots, Lorenzo, Patrice Franchet d’Esperey, Mickael Withaker ou d’une Sally Swift pour ne citer qu’eux. J’en citerais bien un autre mais on me taxerait de flagornerie (ce qui n’est absolument pas le cas… hein Maître?!) . Cependant nous faisons tous du poney. Je suis d’accord que tout apprentissage se fait par la réalisation d’erreurs et leur correction mais certains cumulent les erreurs (et non les corrections!) et ce pendant des années voir des décennies.

Combien d’entre nous ont subit des heures d’enseignements…. sans enseignements? Combien d’entre nous ce sont réellement demandés « pourquoi l’équitation »? A quoi cela m’engage t’il? et tant qu’autres questions … car la pire des erreurs reste celle qui est faite sans prise de conscience à mon goût.

Bon c’est là que normalement un enseignant est censé se pointer et vous aiguiller sur vos besoins et motivations réels…. normalement…

3. L’équitation côté enseignant

Cette partie sera plutôt rapide car en fait, à la base, se sont des cavaliers (plus ou moins doués) qui se disent, dans la majeure partie, « et pourquoi pas moniteur de poney comme ça je pourrais sortir en concours? » à 18 ans (et non pas « je suis pédagogue, je connais mon sujet, je vais enseigner » à 30, 40 ou 50 ans). La formation n’aidant en rien… je ne m’étendrais pas sur le sujet…

Bon, si je quitte le mode « grongron » 5 secondes, je concède bien sûr que certains sont au delà de cela.

4. Le cheval pour tous

Ouais ça peut sembler contradictoire mais je reste convaincue des bienfaits liés à la présence d’équins (animaux en général) dans notre environnement. Sommes nous, cependant, obligés de MONTER à cheval? Combien de cavaliers à la recherche de relation, de contacts physiques ou même juste de sensations douces (quoi de plus doux qu’un cheval délié au pas?) sont ils jetés sur le dos de chevaux pour sauter? Ils sont bien souvent tellement embrigadés qu’ils ne savent même pas pourquoi ils sont là et quand on leur pose la question c’est un silence éloquent qui suit…

Pourquoi ne pas proposer plus de séances accessibles à ces personnes?

Bon il me semble indispensable que ces animaux voient leurs besoins fondamentaux respectés pour donner 100% de ce qu’ils ont à donner. Des structures « alternatives et éthiques » commencent à voir le jour et proposent autre chose. Des écuyers proposent des enseignements techniques de grande qualité dans le même esprit mais ne rêvons pas… leurs prestations ne sont pas à 15€ de l’heure… car cela n’est tout simplement pas possible : ils ont choisi la qualité et non la quantité.

Bref que vous cherchiez à combler un besoin psycho émotionnel, que vous soyez en recherche d’excellence artistique ou de sensation sportive, je vous invite avant tout à vous interroger sur ce que votre compagnon recherche et une nouvelle fois sur vos besoins fondamentaux.

Je concluerais de manière simple : « Non! l’équitation n’est pas pour tous!! »