Je passe mon cheval au naturel et je change de lunettes….

Classé dans : Savoirs être, Soins | 0

Aujourd’hui, je vais te parler de toi Lectrice (ou lecteur il doit bien y en avoir un ou deux)…. Toi qui a décidé de passer ton cheval « au naturel ». Tu as enlevé les fers (ou pas), enlevé le mors (ou pas), mis ton cheval au pré en troupeau (ou pas), cessé tous traitements chimiques (ou pas), arrêté les céréales (ou pas)…. Bon nous voilà avec un troupeau de « oupa oupa », ça devient technique…. Comment explorer tous les possibles? C’est impossible. Je vais en aborder certains mais tu vas vite comprendre que tout revient souvent à la même idée de base.

Quel est le but de cet article? me direz vous. Bien, je souhaite rappeler que vous pouvez faire tous les changements à l’extérieur que vous souhaitez si vous n’accordez pas ce que vous faites dehors à ce que vous êtes dedans, l’incohérence s’installe, la fluidité part en voyage (souvent avec votre portefeuille) et vous voilà bien démunies à vous demandez si vous avez fait le bon choix ou pas (encore un Oupa!!!!) avec Pinpin des Landes au bout de la longe qui vous regarde en coin. Nous revoilà donc avec cette notion de cohérence intérieur / extérieur. Et oui, même dans nos choix non équestres, nos chevaux nous attendent au tournant avec ce truc bizarre : La Cohérence.

Allez entrons dans le vif du sujet :

1/ Les pieds

Imaginons deux minutes. Vous avez déferré Pinpin. Ses pieds sont suivis par un podologue (MF bien sûr!!! La loi l’exige…  :mrgreen: ) et là…. on a un florilège de « Quand est ce que je vais pouvoir le remonter? », « ça n’avance pas, avez vous une recette magique pour que cela aille plus vite y’a les championnats dans 3 mois? », « sa corne est friable, une huile magique pour que ça soit beau comme avant? », ….

Il faut déjà reprogrammer son cerveau de bipède.

Le cheval aux pieds nus est avant tout un cheval…. pas un outil équestre! Donc il lui faudra le temps qu’il faudra pour réactiver la fonctionnalité de ses pieds (et c’est directement en rapport avec l’état de dégradation installé et les conditions de stimulation ADAPTEES qui lui seront proposées). Déferrer en disant « aller, je lui laisse 6 mois » c’est aller droit dan le mur…. ça prendra le temps que ça prendra!

On ne déferre pas un cheval pour qu’il soit plus fonctionnel dans la seconde. On déferre son cheval car on considère les besoins fondamentaux de son compagnon et que l’on souhaite qu’il soit fonctionnel beaucoup plus longtemps une fois la réhabilitation faite. Si elle se fait un jour car bien souvent le pied nu sur des chevaux mûrs est plus révélateur de leur dégradation définitive qu’autre chose (ce n’est absolument pas une règle absolue hein!). Ce que le cheval ne peut pas faire pieds nus, il ne peut pas le faire ferré non plus. Sauf que l’orthèse masque la misère, et le reste de l’organisme gère comme il peut.

Il faut aussi être capable de se refaire un oeil….

ça c’est un pied acceptable pour beaucoup de monde (cheval en fin de ferrure mais qui sautait 115/120 avec ça aux pieds, ferré par un « grand nom » de la région)

Et un autre montage juste pour voir la différence. (Notez que le pied nu n’était pas fonctionnel sur le dur à l’époque. Il l’est maintenant)

La version le sabot s’écaille (parce que trop long en paroi donc le cheval s’autopare)

Bref si vous voulez des détails techniques, je vous invite à consulter la large littérature sur le sujet (il doit y avoir au moins un lien ici)

Je vous invite surtout à vous interroger sur vos motivations profondes, le temps que vous pouvez y consacrer, et surtout sur votre capacité à entendre éventuellement « et bien non, votre cheval n’est pas fonctionnel sans orthèse pour l’acte équestre. Si vous souhaitez préserver l’animal, l’individu, l’équitation ne sera plus possible ». Une dernière fois, je ne dis pas que mettre son cheval pied nu c’est ne plus jamais le monter. Je dis qu’il faut être ouvert à tous les possibles.

Tous les chevaux peuvent être pieds nus. Tous les propriétaires ne peuvent pas avoir un cheval pieds nus.

2/ Le mors ou plutôt le sans mors

On va la faire plus courte…

Retirer le mors de la bouche de votre cheval n’est pas un acte anodin. On lit souvent « attention ça se prépare, il faut bien le coder (ou trouver un outil avec lequel les codes seront les mêmes qu’avec le mors), … »

Euh en fait, je suis désolée de vous annoncer que, que ce soit en bride ou en cordelette, si Pinpin veut vous tuer, il vous tuera… Bon ça sera peut être plus rapide en cordelette!

Non l’idée c’est que ce n’est pas le mors qui fait que votre cheval est sécurisant quand vous êtes dessus. C’est la relation, la confiance et la discussion. Et bien souvent ce qui blesse c’est que nous nous rendons compte qu’une fois que nous avons retiré les outils et les codes la relation euh…. pfffffffff…. Comment dire? Ben Pinpin, il peut pas, il a Grass’ Poker avec les potes  😯

Encore une fois, en faire le constat n’est pas une fin en soi. Ce constat nous invite à la remise en question, à faire évoluer notre relation, éventuellement à consulter un thérapeute de couple…. Ben oui, parce que ce que soit avec Pinpin ou avec Chéri d’Amour (Lui c’est le bipède qui partage votre vie. Vous vous souvenez le gars qui dit « t’auras 5 minutes pour moi dans la journée? » quand vous partez en trombe voir Pinpin) communiquer ça s’apprend et une relation ça s’entretient. Il faut être capable de s’assoir sur son petit Ego, de se demander sincèrement si la relation nous nourrit ou pas et surtout entendre qu’elle ne nourrit peut être pas l’autre.

Et on en revient à quels sont vos besoins? à vous!

3/ La vie en troupeau

« C’est décidé. Je lâche Pinpin en troupeau cet été. Une place se libère au pré. J’ai hâte! « 

Et je ne sais pas, les gens souvent imaginent ça comme un centre aéré pour les chevaux…. avec des activités ludiques, des sorties de groupes, des repas gastronomiques, …. Et « mônman » qui vient chercher le petit à la fin de journée…

Oui c’est sûr que c’est surement plus fun pour le cheval, cet animal sociable par essence, que d’être enfermé dans ses « cabinets de commodités » 23h/24.

Tellement plus fun, qu’il ne se laisse plus attraper (Pinpin est amoureux de la belle Libellule c’est trop mignon) pour venir partager ces temps « soupapes » que vous aimiez tant tous les deux  ah oui non, vous toute seule….

Quand on réouvre la possibilité à nos chevaux de s’exprimer, il faut envisager qu’il ne nous disent plus systématiquement « je t’aime, tu es une déesse pour moi »…. ça pique oui oui…. mais on survit, croyez moi!

Encore une fois, un travail de fond sur le pourquoi cela vous met en émotion peut être intéressant. Vous avez le droit d’en être triste ou frustré, y’a plus qu’à trouver comment répondre aux deux besoins (liberté / affection).

4/ L’alimentation

Devrais je dire l’état corporel plutôt?

Oui vous avez fait le choix d’un aliment sans céréales et du foin à volonté (dans les filets slow feeding bien sûr!). Vous vous ruinez en compléments alimentaires parce que Pierre dit qu’il faut celui ci, Paul que sans celui là votre cheval va mourriiiiiiiiiiiiiiir et Jacques…. euh Jakadi mais je sais plus quoi!

Et là on arrive en fin d’hiver et c’est le drame!!!! (musique de film d’horreur) On voit une côtelette! Ahhhhhhhhhhhh! On sort le floconné (parce que le moniteur de la structure dit que ça suffit les conneries) et la pulpe de betterave et et et et….. Et on réencrasse direct ce que le cheval a mis une bonne année à rééquilibrer!

Je suis désolée de dire donc, que lorsque l’on passe son cheval au naturel, il n’est plus obèse toute l’année (ou du moins en surpoids). Il va suivre une courbe logique de prise et perte de poids qui peut aller jusqu’à 10% de sa masse normale certaines années (la moyenne est à 5/7%).

Je prends l’échelle « body score » conventionnelle comme référence. On constatera que le cheval en sortie d’hiver est entre 4 et 5 (et c’est normal!), il va petit à petit remonter pour arriver à 5/6 (aller 7 pour les poneys avec de l’os) en sortie d’été.

Ce processus est nécessaire pour éviter les fourbures et autres joyeusetés du printemps. Il est en lien direct avec le contexte aussi (qualité du foin donc météo en juin, hiver humide ou non, …). Il convient de garder en mémoire que nos chevaux ne sont pas fait pour rester dans des parcelles d’herbes à vache.

Il est aussi nécessaire de se souvenir que « cheval maigre », « cheval démusclé », « vieux cheval », « cheval malade », « cheval en état physiologique » … ne sont pas des synonymes donc observez TOUS les éléments à votre disposition qui pourront vous faire analyser de manière objective la chose.

Pour moi, l’obésité non traitée est aussi grave (et aussi maltraitante) que la maigreur non traitée.

Si vous voulez un cheval stable en poids à 7/8 toute l’année avec une alimentation physiologique, vous allez soit finir folle soit dépressive…. alors choisissez.

cheval en surpoids au mois d’avril (8 au body score)

Je concluerai par une petite réflexion personnelle et de fille. Personnellement, j’ai un modèle avec une ossature large et épaisse et une musculature dense (sous le gras si si!). Même si j’ai quelques kilos en trop en cette sortie d’hiver, je n’aurai jamais le physique d’une demoiselle qui fait 1m75 avec des tissus fins et légers. Il en est de même pour nos animaux! Y’a les Fjords et les pur sang….

5/ Soins préventifs et pratiques alternatives

Enfin nous arrivons aux soins divers. Alors pour moi, ostéo et dentiste une fois par an c’est comme la vidange de la voiture : un minimum obligatoire.

Après nous trouvons tous les soins alternatifs allant de la communication animale aux soins énergétiques en passant par le shiatsu, l’aromathérapie, l’homéopathie etc etc. Ils sont alternatifs à quoi? A la médecine allopathique.

Ces différents types de soins ont pour vocation première de garder le corps en équilibre, d’agir en prévention, d’équilibrer de manière subtile le corps, l’esprit (et autres « ouh ouh musique mystique »), les émotions et non pas d’agir comme un coup de napalm en dernier recourt!

Quand je vois les groupes facebook plein de « mon cheval a de la gale de boue ( *spoil*qui n’en est souvent pas en fait!!), mon véto a donné Avé***, Equipa***** et bain de bétadine (quand c’est pas javel) et ça passe pas. Vous avez quoi comme trucs naturels (et miraculeux c’est pas dit mais souvent exigé) »…. Ben en fait là faut tout reprendre à 0….

Quand il y a des symptômes se sont les expressions des déséquilibres déjà en place (terrain, émotionnel, homéostasiques, …). Sauf s’il y a danger immédiat de mort, le but est de rééquilibrer l’ensemble pour que les symptômes disparaissent et non traiter les symptômes à coup de round up et se demander pourquoi ça empire.

En gros : colique ou fracture => allopathie // changement de saison => alternatif

C’est comme au jardin, si la nature est déséquilibrée vous aurez plein d’emmerdes (limaces et autres). Si chacun est à sa place, tout se passe bien.

Donc quand on appelle un praticien alternatif en disant « j’ai tout essayé » euh comment dire…. bien il sait que ça va être long. Sauf que les vétos, ils ont le droit de faire durer (des années des fois), les praticiens alternatifs doivent te torcher ça en 2 séances max…. Non ben non, c’est pas possible.

De même quand je vois qu’on se passe les recettes d’homéopathie ou d’huile essentielle comme ça sans savoir, sans avoir vu le contexte, ça me fait hurler! Rien n’est sans danger. L’ He de neem est abortive par exemple. De même, un remède homéopathique non adapté peut déclencher des symptômes qu’il est censé traiter….

Encore une fois, prenez le large et respirez.

Je finirai ces quelques lignes par une citation de Jack Sparrow : « Le problème n’est pas le problème. Le problème est votre attitude face au problème »

Passer son cheval au naturel et garder les lunettes conventionnelles me semble incohérent.

Quand on entrouvre la porte du « cheval au naturel », au delà d’appliquer bêtement des recettes, des exercices, des « méthodes », … Il faut être conscient, surtout, qu’on entre dans le monde du cheval. Cet Être social, de coopération, qui vit à l’instant présent, sans attente, qui fait le juste effort pour atteindre son objectif, mais surtout cet Être d’Amour….

Il vous sera donc demandé d’en faire autant pour vous que pour lui… Charité bien ordonnée commence par soit même. Vous allez sortir du moule, on va donc vous voir…. Êtes vous prêtes à être Vous?

Donc

– Quels sont mes besoins?

– Quels sont mes moyens à ma disposition à l’instant T?

Je vous invite à rester droit dans vos bottes et assumer vos choix. Personne n’a le droit de les juger (si si je vous jure, on ne le sait pas parce que ça ne se dit pas dans le milieu équestre mais c’est possible!).

Vous êtes libres et responsables.

Belle journée à vous!

Aurélia