équitation « Macdo » ou Equitation Gastro? (07/2013)

Classé dans : filière | 0

 

Cet article sera court. Il m’a été inspiré de conversations récentes, les protagonistes se reconnaîtront s’ils lisent ces quelques lignes…

Il est à la mode de nos jours de critiquer, cracher sur les autres, voir tout en noir… Vous pouvez considérer que je fais partie de ces personnes à la lecture de mes derniers articles. Personnellement, je préfère croire que j’expose une réalité mais qu’il existe (et j’en suis fort aise) des endroits où tout se passe bien… Ego quand tu nous tiens!!

Bref, j’aimerais aujourd’hui rappeler, rapidement, qu’on peut cracher sur la FFE, considérer son enseignant comme un inculte dénué de tout savoir vivre, s’indigner devant des chevaux au box 7/7 et 23/24… On le peut oui. Nous en avons le droit même car nous sommes encore à ce jour dans un pays où la liberté d’expression est permise…..

Je suis loin, TRES loin même d’être un produit « Le cheval c’est trop génial » mais j’aimerais vous inviter à réfléchir sur la responsabilité que nous portons tous (ou avons portés) en cautionnant ce type de comportement.

Nous sommes d’accord qu’un centre équestre est une entreprise et qu’à défaut de rendre son gérant, propriétaire, … multimillionnaire, l’activité doit au moins permettre d’équilibrer les écritures comptables.

Vous vous indignez de payer une heure d’équitation plus de 15€ mais avez vous déjà réfléchit aux coûts engendrés pour vous permettre votre heure d’équitation (charges salariales et diverses, entretien de la cavalerie, prix d’une sellerie adaptée et de son entretien, formation continue des enseignants, ….)? Penchez vous un peu sur la question… Vous payez sans sourciller entre 30 et 50€ de l’heure un garagiste (ajoutez les pièces) par exemple. Les charges du garage ne sont pas tout à fait les mêmes que celles d’une structure équestre.

Quand on a que 10€ pour manger au restaurant généralement ça se finit dans une chaîne de restauration rapide pas au 3* Michelin du coin…

Donc pour 15€ il ne faut pas vous attendre à plus que ce que vous avez dans un club lambda : un enseignant pas toujours lumineux souvent croisé poissonnier, un cheval à moitié boiteux, du matos à moitié adapté.

Pour ma part, je ne m’en cache pas, au dessus de 4 cavaliers par cours (de niveau sensiblement identique), je ne peux PAS faire autre chose que du « Mac do ». C’est physiquement, énergétiquement, intellectuellement impossible. J’en ai discuté avec mes clients car certains apprécient visiblement les notions que je tente de leur inculquer difficilement mais avec amour et patience…. Ils étaient « étonnés » que je ne sois pas constante dans la qualité de mon enseignement… mais est ce pour cela qu’ils ne viennent plus aux cours « Mac do »? Non…. Pourtant s’il n’y avait plus de preneurs pour ces cours, il n’y en aurait plus car entre faire autrement et mettre la clé sous la porte… Un responsable d’entreprise essaie peut être de faire autrement avant.

Donc une nouvelle fois, chers amis équitants, je vous invite à déterminer vos besoins fondamentaux, à le faire de manière objective et à mettre en place les actions pour vous y tenir et à assumer vos comportements.

Je me répète mais, je suis intimement convaincue qu’il ne faut pas attendre que le changement vienne d’en haut…. C’est la base qui fera bouger les choses…. mais sommes nous prêts à en assumer toutes les répercutions????

 

0569