Connecté, non connecté?

Classé dans : Savoirs, Uncategorized | 0

Bonjour à vous lecteurs,

J’entends très régulièrement mes apprenties sages dire « J’aimerai savoir comment le connecter plus longtemps », « mon problème c’est qu’il se déconnecte vite », « il est super connecté mais pourtant il essaie de me mordre », …. Toutes ces observations m’amènent à aborder le « problème » autrement.

Je suis extrêmement gênée par le terme « connecté »  si souvent utilisé en équitation comportementale. Que les choses soient claires dès le départ ce n’est pas un pamphlet à l’encontre de cette discipline. Cependant pour moi, l’utilisation de ces termes me font penser qu’on voit le cheval comme une machine avec un bouton « on/off » pour le lien avec l’humain. On limite sa capacité d’interaction à une seule chose soit l’humain, soit l’herbe, soit les potes, soit….. et à cause de cela on se sent investit de la mission divine de le « connecter » à l’aide de divers exercices plus ou moins adaptés ou bien réalisés sans se poser la question de Pourquoi? Pourquoi à l’instant T, mon cheval se fait la malle à l’autre bout de la carrière? Et si on se pose cette question souvent nous mettons cela sur le compte d’un mouvement d’humeur. C’est à mon sens légèrement plus complexe que cela.

Il convient déjà de faire un rapide rappel de qui est l’animal cheval (sorti de tout contexte équestre).

Le cheval est un mammifère herbivore (ce qui en fait donc un animal classé plus dans les proies), social et marcheur. Ces notions impliquent toute une floppée de besoins qui, s’ils sont respectés au mieux, permettent à l’animal d’aborder la relation à l’humain de manière sereine. Imaginez vous un instant vous retrouver en interaction avec un individu bizarre alors que vous avez la gastro, une entorse et que vous sortez de tôle…. =D

Concernant le sujet qui nous occupe, il me semble important de s’intéresser à la manière dont le cheval interagit avec son environnement. Le cheval, de par son statut d’animal potentiellement mangeable, est au milieu de son environnement et laisse venir à lui toutes les informations. Il les priorise une fois à lui et met en place une action (ou une non action) en fonction de la cohérence de cette information. Nous, humains, nous avons tendance à venir chercher les informations dans notre environnement de manière focale. Donc, si je résume, le cheval laisse venir et fait avec (ce qui ne veut pas dire subir – quoique dans certains cas…) et l’humain va chercher et essaie de contrôler. ça c’est dans le cas d’un humain non conscient de son état naturel et qui se laisse vivre selon l’éducation de prédateur / compétiteur qu’il a reçu dans notre société car si on y réfléchit bien, l’humain est un grand singe…. Donc un animal potentiellement mangeable…. Tout comme le cheval!!! Bien d’autres différences caractérisent nos deux espèces mais nous avons, au moins, un point commun.

Vous me direz « oui? Et le rapport avec cette notion de connexion? ». Bien le rapport c’est que selon ces informations, cette notion est obsolète. Le cheval est toujours en lien avec son environnement, vous êtes dans cet environnement (souvent très proche), il est donc en interaction avec vous. Après, et c’est là que ça pique un peu l’Ego souvent, il vous trouve suffisamment cohérent ou non pour vous accorder du crédit et de l’attention….

J’entends déjà certaines personnes penser « oui enfin bon y’a plein d’autres causes possibles!! ». Oui bien sûr, je n’ai pas dit le contraire! Il peut ne pas avoir compris la question (était ce suffisamment lisible pour lui?), il peut ne pas pouvoir répondre à la question physiquement (était ce cohérent de la lui poser à cet instant?), il peut ne pas avoir envie d’être avec vous là maintenant de suite (serais je assez cohérent dans ma recherche de relation avec mon cheval pour accepter cet état de fait?), il peut avoir été traumatisé par d’anciennes expériences (raison de plus pour ne pas le remettre dans le cercle vicieux de l’incohérence humaine), il peut avoir besoin de jeter son feu (ses besoins fondamentaux sont ils respectés?) ….

Bref, ces quelques lignes, qui encore une fois n’engagent que moi, pour vous inviter, la prochaine fois que Pinpin des Landes 3ème du nom se « déconnecte », à vous demander s’il s’est réellement « déconnecté » (débranché la source d’énergie ou la carte mère) ou si une information n’était pas cohérente dans son environnement et que par conséquent  il est allé gérer son temps libre ailleurs.

Si cette information incohérente émane de vous, il « suffit » de vous remettre en cohérence… mais ça c’est un autre sujet qui doit s’expérimenter dans la matière.

Belle semaine à tous et à toutes!

 

DSC_1728