Mon cheval est stressé et ça me stresse

Classé dans : Uncategorized | 0

Je suis souvent sollicitée par des personnes en séance à propos de cette notion de stress. Que ce soit leur cheval qui stresse ou elles-mêmes (elles = les personnes hein le stress n’est pas réservé aux femmes), ces personnes souhaitent se débarrasser de cette émotion handicapante. Il me semblait approprié aujourd’hui de faire un petit point sur ce gros vilain…. STRESS…

Tout d’abord, qu’est ce que le stress? Lors de mes séances, j’ai un petit protocole d’entrée en matière où les personnes vont me verbaliser différentes choses. A la question, « quelle émotion circule en toi Ici et Maintenant? », j’ai souvent la réponse « le stress » ou « je suis stressé(e) ». Soit, je tiens à rappeler que le stress n’est pas une émotion. C’est un état, lié à la non réalisation de manière régulière et sur le long terme, de nos besoins fondamentaux. On trouve dans le dictionnaire : « réponse de l’organisme à une agression extérieure, un choc. Situation de tension nerveuse excessive ».

En effet le stress s’accumule face à la répétition de stimulus tels que la pression de réussite, la difficulté à accéder à une ressource indispensable (nourriture, logement, contact, …), un environnement inadapté (bruit, activité, insécurité, …). Bref si je résume le stress s’installe après une information traumatisante, une émotion qui s’inscrit et à à fortiori si celles ci sont répétées dans le temps.

Image tirée du site Vetostore

Il me semble donc important d’aller explorer avant toute chose les causes de ce stress. Quel est le déclencheur? La liste ci dessous n’est pas exhaustive, elle est simplement force d’exemple :

  • Chez le cheval
    • Douleur physique
    • Manque de contact sociaux
    • Incompréhension lors des échanges avec son cavalier
    • Incohérence de son cavalier (lui même stressé?)
    • Alimentation inadaptée
    • Manque de mouvement
    • Instincts de fuite ou de curiosité ne pouvant pas s’exprimer (même pire, réprimé)
  • Chez le bipède
    • Douleur physique
    • Non respect du rythme propre à chacun
    • Hyperstimulation (ou hypo) sociale
    • Lieu de vie inconfortable
    • Travail inintéressant
    • Non respect de nos valeurs

Je n’aborde pas volontairement les chocs émotionnels ou physiques très importants tels que les accidents de la route, les agressions etc etc. Il en résulte aussi du stress. Ce dernier a effectivement une cause. Cependant la façon d’aborder le problème différera légèrement et parfois nécessitera une approche qui va au delà du développement personnel.

Revenons donc à notre stress quotidien. Il est parfois difficile de connaître la cause exacte de cet état de souffrance. Les causes peuvent être multiples si nous / notre compagnon équin  vivons loin de nos besoins fondamentaux. Il est alors judicieux d’aller explorer l’émotion qui se présente avec cet état de stress le plus souvent. Suis je apeuré? en colère? frustré? angoissé?, … A défaut d’avoir un contexte précis, nous aurons au moins le début du commencement de la pelote 😉

Une fois que l’on a identifié cette cause, le retour à la situation de non stress est facile.

Il suffit d’éliminer la cause de stress.

Vous me direz « Facile?!! Tu rigoles??! Moi c’est mon patron qui me stresse. Il me charge de travail à n’en plus finir sans prendre le temps de savoir si je peux gérer les dossiers supplémentaires. J’ai du travail pour 3 personnes!! »

Ok j’entends… Bien… Plusieurs options s’offrent donc à vous : Dire à votre patron que ce n’est pas gérable en terme de charge de travail pour une seule personne, démissionner, prendre un congés avant le burn out. Nous avons toujours le choix de lever ou non la cause du stress que nous subissons. De même nous avons toujours le choix de faire subir des conditions stressante à nos chevaux ou non.

Il suffit de poser ses besoins, lister les moyens à notre disposition, mettre en place une action (et non une réaction) et assumer les conséquences de nos choix… Ce qui parfois peut nous amener à réévaluer nos besoins etc etc.

Tout cela pour dire, que la stimulation est importante dans la vie (les propriétaires de chevaux pieds nus voient de quoi je parle 😉 ), elle est vécue de manière différente en fonction des individus. Rien n’est parfait ni linéaire (désolée pour ceux qui cherchent encore Bisounoursland mais ce n’est pas sur ce plan que vous le trouverez). Il est de VOTRE RESPONSABILITÉ (et non culpabilité) de déterminer ce que vous pouvez vivre ou non et dans quelles conditions. De la même manière nos chevaux expriment aussi ce qu’ils peuvent vivre ou non et de quelle manière (et ils s’en tamponnent d’écorner nos petits Ego en passant).
Quitte à en choquer au passage, je le dis  : vous créez votre stress (ou celui de votre cheval) et vous avez le pouvoir que tout cela s’arrête ( et personne d’autre que vous ne l’a pour vous!).

Revenez Ici et Maintenant, ouvrez le champs des possibles (oui oui même ces possibles que vous considérez comme irréalisables), regardez la situation avec au moins 2/3 points de vue différents du vôtre et remerciez pour ce que vous avez déjà et qui va bien… Vous verrez votre ciel se dégagera.