Avis sur les selles Barefoot

Classé dans : Savoirs, Savoirs faire | 0

J’ai été consultée plusieurs fois à propos des selles sans arçons de la marque Barefoot. Les questions sont souvent les mêmes et j’ai donc décidé d’écrire quelques lignes accessibles à tous sur le sujet.

Avertissement : Cet article est écrit par une utilisatrice de selle Barefoot. A ce jour, je suis convaincue par ces selles autant sur le plan personnel que professionnel. Je ne suis pas revendeuse, je ne touche aucune royalties et je suis complètement indépendante sur mon choix de matériel. Ces quelques lignes sont donc à prendre comme un retour d’expérience, un avis consommateur point barre.

CKE_cheval

1/ Barefoot or not Barefoot

Je suis attirée par les selles sans arçon depuis une dizaine d’année car j’étais interrogative sur le bon fonctionnement du dos mobile sous un arçon non mobile. Pour ceux qui veulent le détail du fonctionnement des selles sans arçon, il existe pléthore de vidéos et textes sur le sujet sur le net. Google est votre ami. 😉

J’ai essayé plusieurs marques mais j’étais toujours insatisfaite soit par le non confort du cheval soit par le très clair non confort du cavalier. Mauvaises finitions, selles qui éloignent trop du cheval, qui blessent le cheval, selles « rebondissantes », … Bref j’avais abandonné l’idée et je changeais de selle à arçon régulièrement pour être toujours le moins mal adaptée possible au dos de mes chevaux.

Lors d’une formation, j’ai rencontré une personne qui utilisait les selles Barefoot depuis des années pour des activités diverses et variées. Elle m’a transmis les informations liées à son expérience et m’a permis de faire mon expérience sur le sujet et surtout « in vivo » car il s’agit bien de ça : adapter un matériau inerte à du vivant dynamique.

J’ai été convaincue rapidement car ses chevaux d’instructions au physique très différent (voir atypique pour certains) avaient tous un point commun : aucune lésion structurelle habituellement attribuée à la selle.

Pour moi c’est donc les selles Barefoot sans arçon ou une selle adaptée avec arçon. Je ne suis pas convaincue « sans arçon » coûte que coûte vu ce que nous pouvons trouver sur le marché.

2/ Précautions indispensables à mon sens

  • Avoir le tapis de la marque (physio ou non selon le cheval)
  • Prendre une selle avec le système VPS (les anciennes ne l’ont pas toutes pour ceux qui achètent d’occas’)
  • Avoir la forme de garrot molle
  • Avoir une verticale stable à cheval (on ne s’assoit pas sur le cheval, on est debout avec un cheval entre les jambes)
  • Avoir une équitation légère
  • Avoir une sangle avec des élastiques des DEUX côtés (c’est valable aussi pour les autres selles)

3/ Avantages

De mon expérience personnelle, j’ai pu constater que les chevaux étaient plus souples et plus détendus avec ces selles. J’ai ressenti de manière beaucoup plus fine les chevaux, chaque muscle, leur densité, leur dynamique (ou leur contracture…). J’ai certains chevaux en clientèle qui étaient franchement « handicapés » et qui se sont révélés être de vrais chats avec pour simple changement la selle (et leur selle habituelle n’étaient pas si mal adaptée que cela).

Du point de vue du cavalier, ces selles sont très confortables une fois les premières heures faites et la selle tassée (avant c’est franchement désagréable on se sent écartelé). Autre avantage, l’œil qui porte les étrivières est positionné correctement et permet d’avoir une réelle verticale avec une étrivière dans le prolongement du corps du cavalier sous la jambe et non à 5 voir 15 cm devant (et vous aurez obligatoirement la « patte en avant » sans ce système là à moins d’être contorsionniste). A ce jour, je n’ai trouvé aucune selle avec arçon (même celles qui coûtent 3 SMIC) ayant ce positionnement de couteau d’étrivière.

4/ Inconvénients

Pour cette partie, je pars du principe que les préconisations énoncées au point 2/ sont respectées.

Pour le cheval au dos très court, même la taille 1 sera trop longue et inconfortable.

Pour le cheval au garrot saillant, le fabricant recommande les formes dures. Pour moi, on peut essayer la forme molle quand même (voir point sur les formes de garrot ci dessous)

Pour le cavalier, ces selles n’autorisent pas une équitation exclusivement en suspension. Elles ne sont pas adaptées à des séances complètes et répétées de saut, de trot enlevé ou de galop en suspension. Cependant j’ai monté des chevaux avec un dos fait qui supportaient très bien des séances type trotting en extérieur tout terrain (et non je ne fais pas les trotting au trot assis! =D ). Il ne faut pas oublier qu’un cheval au dos faible ne sera pas plus porteur avec une selle avec arçon. L’outil masquera juste la misère sur le moment.

5/ Retour sur le point des tapis et des formes de garrot

  • Les tapis

Le tapis Barefoot est un indispensable. En fonction de la conformation du cheval, il devra être physiologique ou non. Le choix des mousses dans le tapis est très important aussi. Je vous invite à prendre le temps de faire des essais et vous faire conseiller.

Sur certains chevaux (garrot noyés ou effondrés), nous pouvons avoir la sensation que la selle bascule légèrement vers l’avant. N’hésitez pas à compenser par un tapis supplémentaire (9 fois/10, sur les cas rencontrés un simple torchon plié en 4 résolvait le problème).

Enfin pour la majeure partie des chevaux sans handicap important, il n’est nul besoin de superposer 3/4 tapis en plus. Le tapis Barefoot (physio au besoin) et les bonnes mousses dans le dit tapis suffisent!

  • Les formes de garrot

Il existe des formes dures (plusieurs tailles) et une forme molle.

Les formes dures sont conseillées par le fabriquant pour les garrots saillants et pour le coup nous restons dans l’idée de l’arçon finalement. Pour moi ce n’est pas une évidence (forme dure = garrot saillant) car pour le haut de l’épaule ça va être très inconfortable. En effet, la forme venant à califourchon sur le garrot du cheval va venir reposer sur les trapèzes voir sur le bord proximal de la scapula. Créant inconfort, contractures et / ou défenses. De plus, la forme dure rigidifie l’avant de la selle au détriment du reste de l’outil. La répartition dynamique de l’impact du cavalier sur le dos du cheval ne se fera donc pas correctement.

Il en va de même pour les chevaux au garrot moins saillant mais avec un haut de cage thoracique large (quelle qu’en soit la raison! =D).

6/ Verticale du cavalier

Cette notion de verticale du cavalier kézako?

L’idée, comme dit précédemment, c’est de revenir à notre stature de piéton sur le dos du cheval. Nous ne sommes donc plus assis sur le cheval mais debout avec le cheval entre les jambes. Cette position va permettre de reposer sur 4 points (et non plus sur nos seuls ischions) qui sont : la symphyse pubienne, la 5ème vertèbre sacrée et de chaque côté les articulations coxo fémorales. Le bassin est vertical. Outre une stabilité bien plus grande par le fait de reposer sur 4 points de contact et par l’alignement des centres de gravités du cheval et du cavalier (plus 2/3 autres bricoles), ce positionnement évite le risque d’incruster les ischions dans le dos du cheval.

Histoire de rendre à César ce qui est à César, cette position a été mise en évidence et en pratique par Christine Agassi. Elle l’enseigne ainsi que quelques autres personnes dont je fais partie (en France, Belgique et Suisse).

6/ Avis personnel

Mon avis personnel est que :

Tant que ma selle va aux chevaux que je monte, je ne la changerais pour rien au monde!

Je n’ai jamais eu de sensation aussi fines qu’avec cette selle (excepté le tapis de monte à cru de la même marque), elle est parfaitement adaptée à l’équitation que je pratique, elle me permet d’avoir un outil parfaitement adapté en clientèle (j’adapte les tapis) ce qui n’est pas le cas quand on a une selle à arçon et elle m’a permis de corriger des fautes de position que des heures et des heures de mises en selle n’avaient réussie qu’à accentuer.

Pour ceux et celles qui se demandent : j’ai essayé les modèles Cheyenne, Cherokee, London, Atlanta, Lexington. Ma préférence va à la Cherokee. Les chevaux montés n’ont jamais eu aucune blessure de harnachement, aucun poil de biais. Les traces de transpirations étaient équilibrées et symétriques. La seule blessure que j’ai noté était due à la sangle de la marque (mauvaise taille sur peau de pur sang).

Voilà, j’espère que ces quelques lignes auront apportées quelques réponses à vos questions. Dans tous les cas, souvenez vous :  » A chaque instant, nous sommes tenus de faire ce qui nous semble juste ». Essayez plusieurs fois, écoutez les avis mais surtout faites VOTRE choix avec votre cheval. Personne ne sait ce qui est bon pour vous sauf vous. 😉

Belle journée à tous!

 

(Photo extraite du site Barefoot Lux)